La période de la grossesse est un moment privilégié pour chanter. A travers un travail spécifique sur les sons et les vibrations, le chant prénatal permet de masser le bébé in utero.

Bénéfique pendant la grossesse, la chant prénatal, né dans les années 70, permet de construire un lien privilégié avec son bébé. Aujourd’hui, les animatrices de chant prénatal accueillent pendant 1 h 30 les femmes enceintes à partir de leur troisième mois de grossesse et les jeunes mamans avec leur bébé jusqu’à 3 mois. Les papas sont aussi les bienvenus. Chanter avant la naissance permet de tisser des liens avec son enfant.

Le corps comme instrument

Le chant prénatal propose un travail sur la respiration, l’émission (chants et vocalises) et la réception des sons. Au début de chaque séance, l’animatrice fait vivre un moment convivial de détente basé sur la respiration et la décontraction corporelle (étirements, massages, tapotements). Le corps s’éveille, s’exprime chassant tensions et appréhensions. La séance évolue vers des vocalises destinées à stimuler la musculature du soutien abdominal avec la respiration. Selon les musicothérapeuthes experts, ce jeu de contractions et de relâchements du tonus musculaire masse le bébé en profondeur. Il permet de libérer des endorphines au niveau du cerveau, hormones sources de plaisir et de bien-être pour le nourrisson, comme pour sa maman. Tout le groupe enchaîne ensuite des séries de balancements qui bercent le bébé et permettent de stimuler son développement neurologique. Puis les mamans sont invitées à travailler les sons graves avec les papas présents. Le mélange des deux voix permet de baigner de vibrations le bébé in utero. Chanter faux n’est pas grave, rassure les animatrices de ces séances de chant. Seules les fréquences vibratoires de la voix comptent pour entrer en contact avec l’enfant.

Un accompagnement complémentaire à la naissance

La séance prévoit un temps collectif pour l’apprentissage de répertoires de chants spécifiques à chaque période de la grossesse et rythmant la période d’attente de l’enfant. Dans ces conditions, le chant prénatal permet de tonifier les muscles abdominaux, de développer la respiration, de prendre conscience du périnée et de mieux gérer les problèmes lors de l’accouchement (lombaires, circulatoires…). Au cours de cette étape, la maman s’aide des sons, sensations et postures acquises en amont. L’émission de sons graves détendrait le bassin et le périnée et faciliterait ainsi la dilatation du col de l’utérus et la résistance à la douleur des contractions. Tandis que d’autres sons permetteraient l’expulsion du bébé.

plus d’informations :

Source: Script-it