Les structures de garde dites « collectives »

Les structures collectives sont fortement sollicitées par les parents, car elles sont notamment considérées comme un mode de socialisation intéressant. Si tel est votre cas, voici un petit éventail des choix qui vous sont proposés.

creches collectives

Quels sont les avantages des structures collectives ?
source : pinterest


La crèche collective :

La crèche collective est le mode de garde le plus apprécié des parents, puisque c’est une structure sûre et propre. Elle est dirigée par une véritable équipe de spécialistes qui s’occupe de votre enfant, sous la responsabilité de la directrice. Des activités y sont planifiées jour après jour et les menus sont décidés à l’aide d’une diététicienne.

La crèche collective est gérée par la ville, le département ou par des associations privées. Elle accueille les enfants âgés de 2 mois et demi à 3 ans, selon des horaires précis.

Les inscriptions s’effectuent directement sur place. Attention cependant au manque de place, qui est un phénomène récurrent. Il est conseillé d’inscrire votre enfant le plus tôt possible, voire même avant l’accouchement, sans aucune garantie malheureusement. Concernant les tarifs, ils sont établis en fonction de vos revenus.

Les + :

– Des locaux parfaitement adaptés aux besoins de votre enfant.
– Un personnel formé, encadré, totalement disponible.
– Des menus planifiés par une diététicienne.
– La vie en collectivité qui permet à l’enfant de se sociabiliser, afin d’acquérir la notion de partage avec les autres. Il pourra aussi apprendre à s’imposer et à être mieux « armé » pour l’entrée à l’école.

Les – :

– Les horaires imposés pas toujours adaptés aux contraintes professionnelles des parents.
– L’enfant risque davantage de tomber malade, mais c’est le revers de la médaille de la collectivité !

La crèche familiale :

La crèche familiale regroupe un réseau d’assistantes maternelles encadrées par une directrice, infirmière puéricultrice diplômée d’Etat. Ces assistantes maternelles accueillent à leur domicile, 1 à 3 enfants âgés de 2 mois et demi à 3 ans, tout comme la crèche collective.

La durée de la garde ne peut excéder 10 heures par jour (ou 50 heures par semaine) et par enfant. Un contrat signé entre les parents, la directrice et l’assistante maternelle formalise les modalités de l’accueil de l’enfant. En ce qui concerne les tarifs, ils sont identiques à ceux de la crèche collective.

Les + :

– L’enfant bénéficie d’une relation personnalisée avec l’assistante maternelle.
– Il peut aussi partager des activités en collectivité.
– Les horaires sont bien souvent plus souples qu’en crèches collectives.

Les – :

– La nounou vous sera bien souvent imposée.
– La garde s’effectue dans un appartement et non dans un espace conçu pour les enfants.

crèches familiales

L’enfant bénéficie d’une relation personnalisée avec l’assistante maternelle.
Source : pinterest

La crèche parentale :

Gérée par une association de parents s’occupant à tour de rôle des enfants, la crèche parentale est une sorte de mini-crèche pouvant accueillir 16 enfants maximum.

Chaque parent effectue l’ensemble des tâches inhérentes au bon fonctionnement de celle-ci (gestion, organisation des activités, confection des repas…) et doit s’engager à être présent une demi-journée par semaine.

Les parents sont encadrés par un ou plusieurs spécialistes de la petite enfance, présents en permanence dans l’association.

Les + :

–    L’ambiance « comme à la maison », chaleureuse et conviviale, due au nombre restreint d’enfants et à la participation des parents.
–    La présence sur place de spécialistes de la petite enfance.

Les – :

–    La motivation et la disponibilité, atouts indispensables au bon fonctionnement de la crèche afin d’assurer ses « tours de garde ».

crèche parentale

On aime les crèches parentales pour l’ambiance “comme à la maison”.
Source : gettyimages

Le jardin d’enfants :

On y reçoit les enfants de 2 à 4 ans. Le fonctionnement du jardin d’enfant est proche de celui d’une crèche, à savoir un accueil proposé environ 11h par jour.

Les + :

– Des activités diversifiées d’éveil sont proposées aux enfants sous forme d’atelier.

Les -:

– Le coût est plus élevé que dans une crèche collective.

La halte-garderie :

Publique ou privée, cette structure accueille en priorité les enfants des femmes ne travaillant pas (certaines acceptent aussi les bébés des femmes travaillant à temps partiel). Aucune halte-garderie n’assure de garderie à temps plein (en général, pas plus de 5 demi-journées par semaine). On paye à l’heure : entre 1,52 et 2,28€ en moyenne.

Les + :

–    Elle permet aux jeunes enfants de se familiariser, en douceur, avec la garde collective.
–    Elle permet aux femmes au foyer de se libérer quelques heures par jour ou par semaine.

Les – :

– Penser à réserver 48h à l’avance, les places étant rares !

halte garderie

Attention, les places sont chères en halte-garderie !
Source : pinterest

Où se renseigner sur les structures de garde collectives ?

Vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin sur ces modes de garde auprès de la mairie de votre commune ou de votre arrondissement.

Elle vous renseignera également sur les différents fonctionnements, ainsi que sur les modalités d’inscription.

Vous pouvez aussi vous rendre auprès des structures associatives recevant des enfants.

Laisser un commentaire

*