Le magazine bébé maternité, grossesse, allaitement, shopping bébé, puericulture….

Archives pour janvier, 2010

Bib’Expresso : préparer un biberon d’une main en quelques secondes

DISPONIBLE dès le 1er TRIMESTRE 2010, le Bib’Expresso de BEABA (vous connaissez surement leur BabyCook) permet de préparer un biberon en quelques secondes, d’une seule main et en étant certain de la température du biberon !

Plus rapide : un biberon prêt en 30 secondes.

Plus sûr : le biberon est toujours à la bonne température 37°C, grâce à un contrôle direct de l’eau.

Plus pratique : le flux d’eau a un effet mélangeur de poudre et permet une homogénéité de la température.

Plus façile : simple d’utilisation, une seule main suffit pour préparer le biberon.

Et en plus, c’est beau !

Site officiel de BEABA Puériculture

  • 0 Comments
  • Catégorie : Shopping
  • Le bisphénol A

    Le bisphénol A est utilisé à l’heure actuelle comme monomère pour la fabrication industrielle, il est également utilisé comme antioxydant dans les plastifiants et le PVC, et comme inhibiteur de polymérisation dans le PVC.

    Le bisphénol A est connu pour s’extraire des plastiques spontanément à très faible dose et plus significativement s’il est nettoyé avec des détergents puissants ou utilisé pour contenir des acides, ou des liquides à hautes températures.

    Le bisphénol A dans les biberons

    En 2008 et 2009, le bisphénol A était encore très présent dans les plastiques alimentaires et notamment dans 90 % des biberons.

    Début 2009, la polémique enfle. En France, le Réseau environnement santé (RES), qui regroupe associations, ONG et scientifiques, demande aussi « l’interdiction du BPA dans les plastiques alimentaires ». Aux États-Unis comme en France, un certain nombre de fabricants annoncent qu’ils proposent ou vont proposer des biberons « garantis sans bisphénol A. »

    Certains fabricants de biberons comme BEABA se sont engagés à revoir l’ensemble de leur production pour éliminer définitivement le bisphénol A de leurs biberons :

    Face à cette problématique, le président de Béaba, Jean-Paul Vulliermet s’est donc engagé à exclure de nos produits, les matières plastiques incriminées, avant fin 2009. Cette exigence du marché a donc été la priorité des équipes techniques durant cette année écoulée. Aujourd’hui, nous pouvons nous féliciter d’avoir tenu nos engagements et d’avoir substitué de toute notre production les plastiques contenant du Bisphenol A“.

    Agences de réglementation sanitaire en charge du dossier biophénol A :

    - AFSSA : Agence française de sécurité sanitaire des aliments

    - RES : Réseau environnement santé

    - Société internationale d’endocrinologie

    Biberon sans bpa - biberon sans bisphenol a

    Le portage de bébé

    Pourquoi porter son bébé ?

    Après 9 mois passés au chaud, dans le ventre de sa mère, la naissance constitue un stress important pour le bébé. Jusqu’alors constamment bercé par les mouvements de sa mère et les bruits de son organisme, dans un jacuzzi toujours à température idéale, et alimenté en continu, il découvre subitement la faim, la soif, ce que c’est que d’avoir trop chaud ou au contraire trop froid, l’immobilité et la solitude… Nombre de bébés ont un besoin accru de contact durant leurs premières semaines, voire mois, de vie : une façon pour eux de retrouver l’odeur maternelle et les mouvements qu’ils ont connus 9 mois durant.

    Portage de bébé : une arrivée en douceur

    Le portage intervient ici. Ce n’est ni plus ni moins qu’une transition entre l’état de la grossesse et leur nouvelle vie terrestre, une façon d’appréhender leur nouvel environnement plus en douceur. Porté, l’enfant retrouve quelques unes des sensations qu’il éprouvait dans le giron maternel, la position plus regroupée se rapproche de la position fœtale, il est lové contre son porteur et son odeur - idéalement contre sa peau -, il profite de ses mouvements tout comme il profitait de ceux de sa mère in utéro. En parallèle le porte-bébé, s’il est bien ajusté, lui confère un maintien qui l’aide à prendre conscience de son corps et lui permet de se laisser aller dans le tissu en toute confiance. Les mouvements du porteur massent le corps de l’enfant, progressivement il prend conscience du jeu des muscles permettant la réalisation des mouvements, et tout naturellement, commence ainsi son apprentissage de la motricité. A hauteur de la tête ou des épaules du porteur, il est en interaction directe avec son environnement, il participe aux conversations et a un point de vue privilégié pour observer tous les faits et gestes de l’entourage, là encore il mémorise les gestes que plus tard il sera lui aussi amené à répéter.

    Le Porte bébé

    Du côté du porteur, le portage permet de combler les besoins de contact de leurs tout-petits, tout en conservant un minimum de mobilité : une fois installé dans le porte-bébé, il est possible de vaquer à la plupart de ses occupations en ayant les 2 mains libres. Il n’est pas rare que bien installé dans le porte-bébé, l’enfant se laisse rapidement et durablement aller au sommeil.

    Idées reçues sur le portage de bébé :

    -    Le portage n’habitue pas l’enfant à être constamment dans les bras ! Si cela était réellement le cas, alors il faudrait commencer par incriminer le temps de la grossesse (9 mois de portage 24h/24 et 7j/7)… En revanche cela permet de combler un réel besoin : le nouveau-né a autant besoin de proximité et de contact que de manger, boire ou dormir. Progressivement, lorsqu’il sera en confiance, il réclamera de lui-même à être moins porté, ou différemment.
    -    Un bon système de portage ne doit pas faire mal au dos… Lorsque l’enfant est bien plaqué contre le porteur, le centre de gravité de ce dernier n’est que peu déporté, et si le système est correctement ajusté, le poids de l’enfant sera bien réparti. Au final le poids ne se fera pas trop sentir, même si l’enfant est plus lourd, et le portage restera confortable même sur de longues durées.

    Contributeur : Symbioza

    Portage bébé - porter bébé - odeur maternelle - porte bébé echarpe

    Cette année mettez en scène vos photos de vacances. Avec un peu de colle, du papier et beaucoup d’imagination, le scrapbooking vous permet de créer des albums photos colorés, pleins de vie et chargés d’émotion.

    C’est la rentrée. Des vacances restent un joli hâle, des souvenirs et… des photos. Plutôt que de les classer dans un album que vous n’ouvrirez pas ou de les stocker dans votre disque dur, pourquoi ne pas tenter de les mettre en valeur grâce au scrapbooking. Loisir créatif en vogue aux Etats-Unis, le scrapbooking (de l’anglais : « scrap » : morceau, bout, et « book » : livre) a été introduit en France, en 1999, par une Lyonnaise expatriée à Boston. Le scrapbooking consiste, selon son créateur, à fabriquer un nouveau type d’album photos en créant des pages à l’aide de papiers divers collés, de quelques tampons et d’autocollants, le tout agrémenté d’un petit texte. L’idée en effet est de réunir des extraits de poèmes ou de citations, des croquis, des cartes postales, des étiquettes, des coupures de presse pour donner vie aux souvenirs et laisser des traces… Si le scrapbooking nécessite peu de matériel, en revanche, quelques techniques sont indispensables pour réussir les pages d’un album : découpage précis, collage soigneux, mise en page équilibrée. La pratique en ateliers permet de partager idées et matériel, mais aussi d’apprendre à recadrer des photos, à les imbriquer et à jouer sur les formes pour dynamiser une page.

    Malette à outils pour le scrapbooking

    • Un jeu de 2 ou 3 papiers différents, au format 30 x 30 cm
    • Une règle d’au moins 30 cm
    • Une équerre
    • Une paire de ciseaux
    • Un cutter
    • Un feutre « aquarelable »
    • Un tube de colle
    • Divers embellissements
    • Et des photos !

    Où pratiquer ?

    • O Doigts de Fée : 34 rue Cuvier, Lyon 6e (09 50 46 36 16)
    • Ecole lyonnaise de Scrapbooking - Histoire de pages : 2, rue Sainte-Marie, Lyon 3e (04 72 36 92 73)
    • La Galerie Créative : 6 boulevard Lavandières à Vaugneray (04 78 45 31 03)

    Source: Script-it

  • 0 Comments
  • Catégorie : Divers
  • Réussir la diversification alimentaire de son enfant

    Passé 6 mois, Bébé troque le biberon pour la cuillère. Nouvelles textures, nouveaux goûts, la diversification alimentaire est une étape-clé à gérer en douceur.

    Une cuillère pour maman, une cuillère pour papa… Après six mois de lait maternel et de laits premier âge, il est temps pour Bébé de passer à une nourriture plus consistante. Pour que cette étape-clé dans l’alimentation se déroule sans anicroche, Vic Lamoine, spécialiste en nutrition, conseille d’introduire progressivement les légumes, puis les fruits. « On commencera par des légumes tendres comme les carottes, haricots verts ou cœur d’artichaut, moins sucrés que les fruits. » Ensuite, il est essentiel de rester détendu, côté parents, et de ne pas multiplier les découvertes. « Il ne faut pas hésiter à proposer trois jours de suite le même légume afin d’habituer l’enfant au goût, ajoute la spécialiste. En revanche, évitez de faire découvrir deux nouveaux aliments le même jour. Essayez plutôt de marier un ancien goût avec une nouvelle saveur ».

    Un bonhomme dans l’assiette, c’est meilleur !
    Maman de trois enfants, Gaëlle a trouvé le truc. Elle a remarqué que ses enfants réagissaient bien quand l’introduction de nouveaux aliments était progressive. « Vers 7 mois, je diversifie l’alimentation en écrasant les aliments pour qu’ils goûtent à table avec nous. Et vers 1 an j’introduis doucement le poisson et la viande ». Résultat : « Mes enfants s’adaptent bien. Je leur propose mais je ne les force pas. S’ils ne mangent pas, c’est qu’ils n’ont pas faim. » Et pour les encourager, Gaëlle dessine des petits bonshommes dans l’assiette et leur invente des histoires. Même sérénité chez Christelle, maman de Léanne, 5 ans et demi et de Mathilde, 2 ans et demi. « Je sers souvent pâtes, pommes de terre et riz avec des légumes. Mais je donne d’abord la viande avant les pâtes ». Son arme fatale, le robot mixer-cuiseur, idéal pour cuisiner rapidement des produits frais. « Lorsque mes filles étaient petites, je m’en suis tellement servie que j’en ai usé deux ! ».

    Script It.

  • 0 Comments
  • Catégorie : Alimentation
  • Le bébé vient d’arriver, tout s’est déroulé merveilleusement bien mais vous ne vous sentez pas dans votre assiette. A la fois heureuse et triste. Cette sensation d’hypersensibilité est appelée le baby blues.

    Vous êtes mélancolique, confuse, vous vous mettez à pleurer sans raison ou n’arrivez pas à dormir ? Ce mélange d’émotions contradictoires s’appelle le baby blues. Il touche 80 % des femmes et se résout en quelques heures voire deux ou trois jours rassurent les psychologuent. Survenant généralement dans les 3 à 10 jours suivant l’accouchement, le plus souvent lors du séjour à la maternité, les origines du baby blues sont encore mal connues des spécialistes. « On estime que cette manifestation, tout à fait normale, relèverait d’une modification biologique liée à la chute du taux d’hormones lors de l’accouchement et à la sensation de fatigue due au manque de sommeil pendant les nuits précédentes », explique un gynécologue.

    Méthode de gestion du baby blues : S’exprimer

    Face à ces moments éprouvants pour la jeune maman, l’équipe médicale de l’hôpital ou de la clinique joue un rôle essentiel. Selon les médecins, les sages-femmes doivent inciter la maman à exprimer ce qu’elle ressent et, en cas de besoin, lui administrer un léger traitement d’accompagnement  homéopathique. Elles sont également là pour la rassurer et lui expliquer que ce trop-plein d’émotions est tout à fait naturel et ne dure pas.

    L’épisode de baby blues est d’ailleurs à bien différencier d’une dépression post-partum. Dans ce dernier cas, la maman ne parvient pas à reprendre le dessus et les symptômes durent au-delà de 15 jours. Le gynécologue-obstétricien qui a repéré ce trouble doit l’orienter vers un psychologue. Le psychologue peut lui proposer une prise en charge adaptée associant une psychothérapie à un traitement médical. Des groupes de Maman Blues se mettent en place pour informer les mamans à travers des groupes de paroles et autres échanges.

    Source : Script-It